20150407_144824.jpg
20150407_144824.jpg

press to zoom
DSC_0015.JPG
DSC_0015.JPG

press to zoom
20141014_171709.jpg
20141014_171709.jpg

press to zoom
20150407_144824.jpg
20150407_144824.jpg

press to zoom
1/9

Formations professionnalisantes:

Juillet 2019 

 avec Maria Geszler Garzuly

de sérigraphie

Mai 2019:

avec Xiao Lin
Fabrication de Minigamas et cuissons

Août 2016

Avec AnaBelèn Montéro

au musée de la poterie de Ger

Avec Christine Brückner

Les émaux de cendres et les shino

Juillet 2015

avec Mami Kato

au musée de la poterie de Ger

et Terres d'Echanges

 

En 2013 

l'Institut Européen des Arts de la Céramique àGuebwiller où j'ai

perfectionné ma technique au tour

avec Thiébaut Dietrich et

appris une partie des secrets

de l'émaillage à haute température

avec Pierre Hauwelle.

 

En 2012

avec Bernard Guerout,à Plouer sur Rance

Jean-René Marrec à Dinan

En 2011

avec Martine Abgrall à Loperhet

 

Professeur aux Ateliers de la Ville Besnard depuis juillet 2013,

pour adultes et tout public, en initiation ou perfectionnement tour et autres techniques de montage de la terre.

 

 

Professeur-animatrice pour les écoles de Dinard et pour l'association Demain j'ai 20ans au Centre Allendé de Saint-Malo.

Ayant travaillé  pour le Céméa et d'autres structures en animant

des ateliers artistiques et d'expression théâtrale,

je vois dans la pédagogie et

dans la découverte de la terre une sensibilisation à un élément

à la fois basique par toutes les possibilités de modelage qu'elle

offre, et complexe par toutes les phases de changements

d'aspects que la cuisson et l'émaillage impliquent, et la discipline

que cette approche demande à soi-même.

Dans sa première vie, Laure Zurcher a parcouru la région de Strasbourg et la France pour réaliser et assurer des éclairages pour le spectacle vivant dans la région de Strasbourg pendant une douzaine d'années, Mais l'envie de créer des pièces qui pouvaient traverser le temps l'oriente naturellement sur le chemin de la céramique. Pour elle, le mystère des pièces que l'on retrouve dans les fouilles préhistoriques la fascine.

 

La découverte des possibilités qu'offre la terre, souple et généreuse avec deux céramistes-plasticiens strasbourgeois entre 2009 et 2012 apparaît comme le haut de l'iceberg, c'est le début de ce qui va devenir sa passion. Son arrivée sur la côte bretonne en 2013 fut l'élément déclencheur, l'envie d'explorer cette matière devient significative, ces nouveaux horizons et cette majestueuse nature environnante l'inspirent, elle y installe alors son atelier.

Dans un premier temps de manière néophyte, puis très rapidement, ses réalisations et des opportunités d'exposer son travail l'amènent à professionnaliser sa démarche.

Des formations plus pointues s’avèrent primordiales et enthousiasmantes dans ses recherches et la réalisation de ses pièces.

 

«[...] dans son atelier de la Ville Besnard à Saint-Malo, il y eu donc une reconversion, opérée par de multiples stages: d'abord à Guebwiller à l'IEAC ( Institut Européen des Arts et de la Céramique ) en 2013, proche de sa Franche-comté natale, puis à Ger en Normandie, où elle se forme régulièrement avec le musée de la céramique et le groupe Terres d'échange depuis 2015.

Un changement de vie professionnelle mue par une volonté: « Je suis devenue potière céramiste pour donner une pérennité affective aux objets du quotidien. En tout cas, c'est mon but»

 

Travaillant le grès et la porcelaine à haute température, deux argiles qui sont à la fois brutes et assez difficile à maîtriser jusqu'aux rendus de l'ultime cuisson, elle axe ses recherches inspirées par la nature , «dans ce qu'elle nous offre d'irrationnel, d'authentique et de méditatif.

Je cherche les limites de la matière autant que je peux m'en satisfaire et accepter les surprises naissantes de ces explorations.

Avec mon interprétation, je souhaite suggérer le mouvement, celui du vent qui finit par déformer les arbres exposés, à l'image de la vie, qui nous apporte son lot de changements. »

 

La céramiste travaille à créer le plat, le vase, le bol fétiche pour qu'il devienne le coup de cœur de l'acheteur.

 

«grâce à cette maîtrise, Laure Zurcher ajoute une âme à ces créations: les vases se poussent du col pour accueillir les fleurs, les jardins suspendus se font cocon pour quelques plantes, les porcelaines papier s'affinent pour adoucir les lumières. L'art entre en douce dans le quotidien» - Ouest France fév. 2019.

 

Depuis 2020 elle vient en renfort de l'équipe du musée de la céramique pour une petite moitié de l'année.

 


In her first life, Laure Zurcher traveled the Strasbourg region and France to provide lighting for the
performing arts in Strasbourg region for a dozen years. But the desire to create pieces which could
stand the test of time naturally orientates her on the path of ceramics. For her the mystery of the 
pieces found in Prehistoric excavations fascinates her.

The discovery of the possibilities offered by flexible and generous earth with two plastic ceramists
from Strasbourg between 2009 and 2012 appears like the top of the iceberg. It is the beginning of
what will become her passion. Her arrival on the Breton coast in 2013 was the trigger element, the
desire to explore this material becomes significant, these new horizons and the majestic surrounding
nature inspire her, so she sets up her workshop there.
First in a neophyte way, then very quickly her achievements and opportunities to exhibit her work
lead her to professionalize her steps.
More specialized training is essential and inspiring in its research and the production of her pieces.

(...) In her workshop in the city of Besnard in Saint Malo, there was therefore a retraining operated by
many training courses : first at the European Institute of Arts and Ceramics in Guebwiller in 2013 near
her native Franche-Comté, then in Ger in Normandy where she has been training regurlarly with the
Ceramics Museum and the Exchange Lands group since 2015.
A change of professional life driven by a will : " I became a potter ceramist to give an effective durability
to everyday objects. In any case, that's my goal."

Working stoneware and porcelain at high temperature, two clays that are both raw and quite difficult to
master until the results of the final cooking, she focuses her research inspired by nature, " in what it offers
us of irrational, authentic and meditative."
I seek the limits of the material as much as I can satisfy myself and accept the emerging surprises of these
explorations.
With my interpretation, I would like to suggest the movement, that of the wind which ends up deforming the
trees exposed to the image of life which brings us its share of changes.
The ceramist works to create the dish, the vase, the fetish bowl so that it becomes the buyer's favorite.

"Thanks to this mastery, Laure Zurcher adds a soul to her creations; the vases are pushed from the neck
to welcome the flowers, the hanging gardens become cocoons for a few plants, the paper porcelain are
refined to soften lights. The art sneaks into everyday life ." Newspaper : Ouest France : February 2019.

Since 2020, she has been supporting the team at the Ceramics Museum for a small half of the year.

P1030094.JPG
P1030094.JPG
press to zoom
P1060710.JPG
P1060710.JPG

Describe your image here

press to zoom
P1070151.JPG
P1070151.JPG

Travaux de stages depuis 4 ans

press to zoom